DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

PASSAVANT et marque !

Je ne sais pas si vous êtes comme moi mais PASSAVANT m'évoque davantage un terme sportif qu'un nom de famille.

 

C'est pourtant un patronyme porté par quelques millers de personne en France.

 

Et c'est le cas pour mon sosa N° 11694 à la 14ème génération . Mais où Mathurin avait-il bien pu pêcher ce  patronyme ô combien pittoresque et chargé d'histoire.

 

On sait peu de choses sur Mathurin PASSAVANT ou PASSAVENT ( car les deux formes existent ). Il est né vers 1570 à Bonnétable dans la Sarthe. Il  y épousera Jeanne LE MARIE vers 1600 et aura au moins deux enfants attestés :  René né vers 1600 et Mathurin deuxième du nom, mon sosa.

La  seule date avérée est celle de son décès le 15 octobre 1617 toujours à Bonnétable.

 

Quant à l'origine de PASSAVANT et ses dérivés * elle est probablement multiple car ce patronyme s'il n'est pas courant,  se retrouve dans diverses régions.

 

C'est d'abord un toponyme qui désigne un lieu fortifié comme à Champagney en Haute-Saône où "vers l'an 600, le rocher sur lequel s'était dressé un camp romain fortifié, s'appelait déjà Passavant." (source : site de la commune de Champagney).

 

Plusieurs communes  portent  toujours le  nom de PASSAVANT rappelant leur passé militaire  : Passavant dans le Doubs, Passavant-en-Argonne (Marne), Passavant-sur-Layon (Maine-et-Loire, Passavant-la-Rochère en Haute Saône.

 

C'était également  le cri de guerre des Comtes de Champagne. "Passe  Avant"".

 

Mais ce fut aussi sous l'Ancien Régime dans les pays dit de "Quart Bouillon" ** un permis (le passavant) pour s'approvisionner en sel. En effet chaque habitant était tenu de passer au "Bureau des Reventes" retirer un permis pour pouvoir acheter le sel aux salines. Sur ce permis était indiqué la quantité de sel qu'il pouvait acheter. Il devait ensuite passer au "Bureau des Passages" faire vérifier si la quantité de sel n'était pas supérieure à celle indiquée sur le passavant. (source : Société d'Archéologie d'Avranches, Mortain,Granville).

 

Comme on peut le voir, les tracasseries administratives ne datent pas d'hier mais le sel était un produit très réglementé car il servait à la conservation des aliments. 

 

On retrouve également dans l'histoire de France les traces d'Olivier de Passavant chevalier franc-comtois qui vécut au XIème siècle dont les aventures et les exploits ont été contés par Marcel Tissot (1)(Montahoux et Passavant, histoire de deux chevaliers franc-comtois au XIVème siècle)

 

Enfin on retrouve sur Généanet la généalogie non référencée des Seigneurs de la Haye et notamment le mariage de Philipe de La Haye chevalier-banneret (ca 1192-ca 1250) avec Isabelle de PASSAVANT (ca 1195-ca 1255) qui conclut l'union de deux familles nobles du Maine-et-Loire.

 

(1) Auteur francomtois,.

 

* Passavan, Passavent. Formes italiennes : Passavanti et plus rarement Passavante, parfois attestées comme noms de personnes (peut-être un nom de baptême augural)."

 

** Quart Bouillon : Le quart-bouillon est une taxe sur le sel qui était prélevée dans une partie de la Normandie. À l'époque moderne, l'ensemble du Grand bailliage du Cotentin, approximativement le département de la Manche actuel, est un pays de quart-bouillon[1]. Les salines étaient particulièrement nombreuses sur la côte ouest du Cotentin et de l'Avranchin, notamment dans la Baie du Mont-Saint-Michel. (source Wikimanche)

 

 

 



18/11/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres