DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

Instituteurs en guerre ! Le Journal des Instituteurs (article complété)

Le Journal Des Instituteurs- appelé également JDI par la profession- a été créé en 1858 par l'éditeur Paul Dupont avant d'être racheté par les éditions Nathan en 1917.

 

Vous pourrez trouver toute la collection numérisée de ce journal pour les années 1858 à 1940 sur le site de la Bibliothèque Diderot de Lyon.

 

Le JDI a été avant tout un périodique à usage professionnel. Outre des conseils pédagogiques, les instituteurs ou les écoles qui y étaient abonnés pouvaient y trouver des informations sur le métier ainsi que les dernières circulaires ou instructions officielles.

 

A compter  d' octobre 1914 la numérotation s'arrête pour reprendre au numéro 1 et ce "pendant la durée de toute la guerre.Sous le titrre : " LA GUERRE A U JOUR LE JOUR '* le Journal des Instituteurs publiera régulièrement l'exposé quotidien des faits de la guerre depuis leur origine*— A cet exposé très succinct, mais signalant cependant tous les faits importants (France, Belgique, Allemagne, Autriche, Angleterre,; Russie, Serbie, etc.), sont joints des récits de nature différente destinés à être lus aux élèves, et souvent commentés par eux. "

 

Il devient également un outil de propagande destiné non seulement à soutenir le moral des élèves dont les pères sont au front mais également à entretenir la ferveur patriotique.

Tout sera pétexte à,parler de la guerre et encore de la guerre. De la simple récitation à la dictée  les instituteurs et institutrices sont incités  à organiser leur pédagogie et l'emploi du temps de la classe autour de la guerre. On organise des  concours de rédaction et on met en palce une correspondance suivie entre les petits écoliers et les instituteurs de l'école mobilisé au front.

Des tableaux d'honneur en hommage auxinstituteurs  tués ou blessés au combat sont même installés dans les préaux des écoles et nul besoin à l'époque de "cellule se soutien psychologique !"

 

A compter de cette date, chaque numéro sera l'occasion de vanter les mérites des soldats en mettant en avant  leur courage et leur héroîsme.

 

Dans d'autres,  on incite les institutrices , les épouses des instittuteurs mobilisés qui ont souvent pris la place de ceux qui sont au combat à soutenir les soldats en leur confectionnant ou en faisant confectionner aux petites écolières des chandails ou des chaussettes pour l'hiver qui approche..

 

 

C'est également un média qui va permettre  de mobiliser la solidarité de toutes et tous. Continuer à scolariser les enfants réfugiés des régions sinistrées, organiser des collectes pour aider les soldats au front...

 

 

Les instituteurs-trices  y trouveront également aussi des informations plus administratives liés à la situation de  guerre.

 

Plus intéressant pour le chercheur, le JDI avec son numéro du 11 octobre 1914 débute la publication du "Livre d'Or de l'Université " recensant les membres de l'enseignement public 'qui auront mérité, pendant la campagne, une promotion de grade, une distinction militaire, une citation à l'ordre de l'armée, et d'autre part la liste de ceux qui seront tombés, morts ou blessés, sur le champ de bataille"

 

Le JDI continuera sa funeste mission jusqu'en avril 1918.

 

Ainsi apprend-on, et avec les réserves qu'il se doit, que le premier instituteur inscrit au Livre d'Or s'appelerait Chatillon et était instituteur-adjoint à l'école Mullot de Rouen. 

Une plaque commémorative dans l'école en atteste.

 

 

Mais  le caporal Peugeot, premier soldat français officiellement tué au combat le 2 août 1914 pourrait être  également le premier  instituteur tombé à l'ennemi.puisqu'il était en poste dans la commune de Villers-le-lac depuis 1912.Triste palmarès !

 

Quant à notre instituteur Ernest CHATILLON , il est décédé le 7 septembre 1914 à l'hôpital maritime de Cherbourg des suites de ses blessures. Sa fiche matricule qu'on trouvera aux AD de la Sarthe ne nous apprend pas grand chose quant aux circonstances dans lesquelles il a été blessé. L'historique du 274ème Régiment d'Infanterie auquel il appartenait nous apprend qu'il a pû être blessé lors de la retraite de Belgique fin août 1914.

 

Pour information, la liste des instituteurs morts au combat inscrits dans le Livre d'Or de l'Université et édité par le Journal des Instituteurs a été relevée par Claude RICHARD est disponible sur le MemorialGenWeb

 

 

 

 

 

 



12/11/2019
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 38 autres membres