DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

DE VOUS AIEUX, en passant par moi !

Instituteurs et poilus ! Instituteur et Champion !

Pierre Maltête est en poste à l'école de Cazères (31) depuis 1913  lorsqu'il est mobilisé le 1er septembre 1914.

 

De la classe 1914, il a tout juste 20 ans lorqu'il est incorporé au 14ème Régiment d'Infanterie de Toulouse. Après une période d'instruction de quelques mois dont il sort caporal , il est versé au 88 Régiment d'Infanterie  et rejoint le front en mars 1915 dans le Nord de la France.

 

Entre Mars et Mai 1915 il sera promu succesivement au grade de sergent puis de sergent-fourrier pour terminer sergent-major.

 

La guerre fut très  courte pour lui puisqu'il sera  tué "à son poste  dans la tranchée de première ligne par éclat d'obus" , ironie de l'histoire le 14 juillet 1915 jour de la fête nationale tout près d'Arras.

 

Pour mémoire, la classe 14 est celle qui paiera le plus lourd tribu en terme de soldats mobilisés.

 

Il obtiendra une citation et fut décoré à titre posthume de la médaille militaire en 1920.

 

Mais avant avoir été soldat, Pierre Maltête a été un grand espoir de l'athletisme français

 

Promis à un grand avenir sportif international, il jouissait dans tout le Sud-Ouest d'une grande popularité.

 

Licencié au Stade Toulousain il a été  recordman intersolaires et champion des Pyrénées dans plusieurs disciplines : 100m, 200m, saut en longueur et hauteur, javelot. 

Sportif complet, il fut même sacré en 1913 champion de France général d'athlétisme regroupant pas moins de 8 épreuves. La même anné il échoue en demi-finale du championnat de France du 100m devant abndonné sur blessure.

 

Aujourd'hui, mis à part pour les initiés, Pierre Maltête est devenu un anonyme tombé comme tant d'autres au champ d'honneur.

 

Afin de ne pas l'oublier, son nom restera à jamais gravé sur le monument aux morts de Cazères mais également sur le monument de l'Ecole Normale d'Instituteurs de Toulouse ainsi que sur le monument Hérakles de Toulouse érigé en mémoire des sportifs morts à la guerre 1914-1918.

 

Pendant de longues années, une plaque commémorative sera accrochée à l'école dans la classe de cours préparatoire.

 

Pierre Maltête n'avait que 21 ans.

 

 

 

Monument Herakles de Toulouse.

 

 

 sources : AD 21 / La dépêche du Midi / Le Petit Journal.....

 

 

 



11/11/2018
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 35 autres membres